Connecte-toi avec nous

ACTUALITE NATIONALE

Un projet conclu pour l’autonomisation de 100 000 jeunes entrepreneurs en Afrique

Publié

on

Un accord a été signé entre le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’agence chargée du développement international et la Fondation Tony Elumelu (TEF) en vue d’autonomiser  à travers la formation, l’encadrement et le soutien financier, 100 000 entrepreneurs en herbe en Afrique sur une période de 10 ans.

Ce partenariat signé samedi, en marge de la 12e  session extraordinaire du sommet de l’Union africaine (UA) qui se tient au Niger, ciblera les jeunes Africains des communautés considérées comme des mis à l’écart, à commencer par le Sahel. Et ce, compte tenu du potentiel de la région qui renferme la population la plus jeune au monde, avec 194 millions de personnes âgées de moins de 25 ans (soit 64,5% de la population totale).

Le partenariat TEF-PNUD pour les jeunes entrepreneurs de la région du Sahel sera mis en œuvre dans le cadre du programme phare de la TEF, qui a déjà soutenu 7 520 entrepreneurs locaux de 54 pays africains en seulement cinq ans.

Par ailleurs, le programme va s’appuyer sur l’initiative « YouthConnekt » du PNUD dont l’objectif est de renforcer la création d’emplois grâce à un esprit d’entreprise dynamique et de créer une croissance économique durable ancrée sur le développement des communautés et des États.

S’exprimant lors de signature de cet accord, la sous-secrétaire générale et directrice régionale du PNUD pour l’Afrique, Ahunna Eziakonwa, a déclaré que l’agence onusienne considère le Sahel comme une région offrant de nombreuses possibilités et qu’investir dans la jeunesse est une condition préalable à la stabilisation de la région.

« Les jeunes devraient être au cœur de tout programme de développement. Nous devons investir dans leur potentiel, leur talent, leur énergie et leur enthousiasme et leur donner la possibilité de réaliser pleinement leurs aspirations. », a indiqué  Mme Eziakonwa.

Le PDG de la Fondation Tony Elumelu, Ifeyinwa Ugochukwu a pour sa part souligné que le partenariat avec le PNUD vient à point nommé. Il contribuera directement au succès des entreprises dans un certain nombre de zones fragiles, une preuve de la pertinence de l’approche adoptée en matière de mécénat.

Grâce au partenariat, les candidats sélectionnés recevront chacun un capital de démarrage non remboursable d’un montant maximum de 5 000 dollars, un accès à des mentors, une formation en entrepreneuriat de 12 semaines et des possibilités de mise en réseau. Ils rejoindront le cercle des 3 051 bénéficiaires précédemment annoncés de la cohorte 2019 du programme d’entrepreneuriat TEF.

Le programme d’entrepreneuriat des jeunes Sahel TEF-PNUD s’inscrit dans la vision du Plan d’action de la décennie de la jeunesse de l’Union africaine (UA) et de la stratégie des Nations Unies pour la jeunesse à l’horizon 2030. Ces stratégies qui visent à aider les jeunes à atteindre leur plein potentiel par le biais de l’éducation, du développement des compétences, de l’emploi des jeunes et de l’esprit d’entreprise, en vue de la réalisation des objectifs du développement durable et de l’Agenda 2063 de l’UA.

SOURCE: (SCDA/MENETFP)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Covid 19 : Kandia Camara « heureuse » de la reprise des cours

Publié

on

La ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Kandia Camara, s’est dite “heureuse”, lundi, de la reprise des cours après plus de deux mois de fermeture des écoles.

La ministre Kandia a dit sa joie, partagée avec les enfants du groupe scolaire régional de Treichville, de reprendre le chemin de l’école, après avoir vérifié les mesures de distanciation sociale d’un mètre, avec un élève sur chaque table-banc, la présence effective d’un dispositif de lavage des mains, le port du masque par chaque enfant et chaque instituteur de cet établissement scolaire du primaire.

« Vous m’avez manqué. Je suis heureuse de vous revoir », a-t-elle dit aux élèves de quelques classes qu’elle a visitées, en présence des responsables de la direction régionale de l’Education de cette commune, des chefs communautaires, religieux, parents d’élèves et responsables syndicaux.

A un exercice de questions-réponses avec les élèves, elle s’est entendue répondre que le port du masque leur permet de se protéger contre la Covid 19. « Vous nous coûtez très cher. C’est pourquoi nous vous demandons de porter les masques. C’est un peu gênant mais vous allez vous habituer. Sensibilisez vos parents pour qu’ils se protègent et vous protègent », leur a-t-elle conseillé.

Le réaménagement du programme des 12 écoles de ce groupe scolaire convoque désormais « 24 classes pédagogiques » qui doivent se relayer au jour le jour.

Aux Cours secondaires méthodistes, un collège du centre des affaires du Plateau, la ministre s’est astreinte au même exercice avec les élèves tout comme ensuite avec ceux du lycée classique de Cocody.

A chacune de ces étapes, la ministre a assuré que le gouvernement a acquis 80 millions de masques pour les personnels administratifs, d’encadrement, les enseignants et élèves de chacune des 24.401 écoles publiques et privées du pays.

« L’école n’avait enregistré aucun cas lors de l’arrêt des cours, le 17 mars. Nous ne voulons aucun cas jusqu’à la fin de la scolarité », a-t-elle lancé, appelant à la responsabilité des parents pour qu’ils veillent à la protection de leurs enfants à la maison, lorsqu’ils sortent faire des commissions ou s’amusent avec leurs camarades.

« Nous avons pris toutes les dispositions pour protéger la communauté éducative. La balle est dans le camp des adultes », pour qu’ils continuent le respect des mesures barrières afin que « leurs enfants ne se contaminent pas et ne viennent contaminer leurs camarades à l’école », a-t-elle vivement recommandé.

Fermée le 17 mars après la détection du premier cas de coronavirus confirmé le 11 mars, les cours ont repris le 18 mai à l’intérieur pays. Les élèves du Grand Abidjan (Aboisso, Dabou, Grand-Bassam et Abidjan) ont repris ce lundi les cours qui sont prévus pour s’achever le 14 août après les examens à grand tirage (CEPE, BEPC et Baccalauréat).

Des cours dispensés à la télévision, à la radio, sur Internet et les réseaux sociaux ont permis aux élèves de ne pas rompre le contact avec leurs livres et cahiers. Une initiative toujours en cours.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’ivoire / Covid-19 : des femmes de Tafiré offrent des produits hygiéniques à des écoles

Publié

on

La Fédération des associations féminines de Tafiré (FEDAFT) a fait don, lundi, de matériel et produits d’hygiène sanitaire à l’Inspection de l’enseignement préscolaire et primaire (IEP), une modeste contribution à la lutte locale contre la Covid-19 eu égard au besoin urgent de protection en milieu scolaire.

Il s’agit de dix seaux munis de robinets, de savon en poudre et de quelques pots de gel hydro-alcolique à l’IEP de Tafiré.

Selon la présidente de la FEDAFT de Tafiré, Assana Diarrassouba, cette humble contribution vise à accompagner les acteurs de l’éducation de base de la ville dans l’application stricte et rigoureuse des mesures préventives contre la propagation de la COVID-19 .

” Nous souhaitons par ce modeste geste attirer l’attention de tous sur la nécessité d’aider à l’octroi de moyens de protection individuelle et collective à nos enfants et à leurs encadreurs aussi bien au primaire qu’au secondaire “, a-t-elle soutenu.

Ce don de la FEDAFT a été réceptionné au sein du service de l’éducation de base par le conseiller principal de l’inspection, René Yéo Dokafolo.

 

Source : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Dons de cache-nez et de seaux après des revendications d’enseignants

Publié

on

Le lycée municipal Konet Moussa de Kani a bénéficié de quelques seaux à robinet et d’une quarantaine de cache-nez afin de permettre aux enseignants de travailler dans un cadre approprié respectant les normes prescrites par le gouvernement dans la lutte contre la Covid-19.

Ce matériel a été offert par la préfecture et le conseil de gestion des établissements scolaire (Coges). La distribution de ces cache-nez a été bien accueillie par le personnel du lycée.

Cette réception de matériel est consécutive au refus des enseignants de donner des cours sans un minimum de protection.

 

Source : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 302 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE

Show Buttons
Hide Buttons