Connecte-toi avec nous

ACTUALITE INTERNATIONALE

Sénégal / Macky Sall s’attaque au retard des bourses des étudiants

Publié

on

Le président Macky Sall a mis en branle une mission de l’Inspection générale d’Etat (IGE) en vue de faire le point sur le paiement des bourses d’études des étudiants et leur retard qui est à l’origine du drame à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, a appris APA de source officielle.
Le « Président de la République a fait diligenter une mission de l’Inspection Générale d’Etat (IGE) afin de faire le point sur le système et les procédures de paiement des bourses d’études », indique le communiqué du conseil des ministres tenu mercredi et dont APA a reçu copie jeudi.

Le président Sall, ajoute le communiqué, « engage le Gouvernement à faire, dans les meilleurs délais, toute la lumière sur les causes du retard des paiements, à l’origine des manifestations qui ont occasionné cette mort inacceptable (de l’étudiant Fallou Sène, ndlr) afin de situer toutes les responsabilités ».

Selon le communiqué, le chef de l’Etat sénégalais a également rappelé «au Gouvernement, l’impératif de prendre toutes les dispositions requises pour faciliter le paiement effectif des bourses d’étude allouées aux étudiants Sénégalais à bonne date, au regard de la priorité sociale absolue qu’elles constituent ».

Ces directives du chef de l’Etat font suite aux « événements regrettables, survenus mardi 15 mai 2017 à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis » et qui se sont notamment soldés par la mort de Mouhamadou Fallou Sène. Cet étudiant en deuxième année de Lettres modernes a reçu mortellement au bassin une balle aux cours des affrontements entre les étudiants et les forces de l’ordre.

Macky Sall a profité du Conseil des ministres pour inviter le gouvernement à «observer une minute de silence », indique le communiqué, ajoutant qu’en « cette douloureuse circonstance, le Président de la République, présente au nom de la Nation, ses condoléances émues à la famille éplorée, à la communauté universitaire et souhaite un prompt rétablissement aux blessés ».

SOURCE : ASP

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Santé /Nouveau dangereux virus en Chine : le Gabon en alerte

Publié

on

Les autorités gabonaises ont décidé de réactiver la cellule de veille sanitaire suite à une nouvelle épidémie appartenant à la famille de Coronavirus déclarée en Chine, plus précisément dans la ville Wuhan, annonce un communiqué du gouvernement.

La cellule assurera « le renforcement du contrôle sanitaire des passagers au niveau des différentes portes d’entrée aérienne, terrestre, portuaire et maritime du pays, la sensibilisation des transporteurs aériens, terrestres et maritimes sur les mesures de précautions universelles à prendre en pareille circonstance », indiqué le communiqué.

Le gouvernement gabonais assure la population que toutes les mesures sont prises pour faire face à toutes éventualités.

Jusqu’à présent le continent africain est épargné par cette nouvelle épidémie virale. En revanche, plusieurs autres pays ont rapporté des cas, notamment le Japon, la Thaïlande, la Corée du sud, les Etats unis. Cette famille de virus peut être responsable d’une manifestation allant d’un simple rhume à la détresse respiratoire aigüe grave. A ce jour 440 cas ont été notifiés dont 9 décès, indique l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dont on attend encore les recommandations du comité des urgences du règlement sanitaire international pour apporter la riposte appropriée à cette nouvelle épidémie.

Source :alibreville.com

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Mali / Gouvernement-enseignants: Jusqu’où ira le bras de fer

Publié

on

C’est la question que les observateurs se posent après les propos du Premier ministre, Boubou CISSE, lesquels font la Une des réseaux sociaux.

L’annonce a été faite par le Premier ministre lors de la deuxième journée des travaux sur les grandes orientations politiques du Dialogue national inclusif, au Cicb. « Dans deux semaines si les enseignants ne retournent pas en classe, l’Etat procèdera à un recrutement spéciale », a averti le chef du gouvernement. Le gouvernement envisage de recruter les 15.000 volontaires de l’IFM. ‘’ Le Premier ministre a fait savoir que son gouvernement ne va pas accepter ce qui s’est passé l’année dernière ‘’ et se dit prêt à engager les 15.000 enseignants encore en formation pour combler l’absence des grévistes. Est-ce une menace ? Ne serait-il pas mieux de revoir l’article 39 de la loi portant statut du personnel enseignant des établissements du secondaire, fondamental et du lycée ? Nous assistons à un bras de fer entre les protagonistes, entre temps les parents sont inquiets du sort réservé à leurs enfants. Jusqu’où ira ce bras de fer ?

Dans un pays ou les fils des pauvres n’ont pas droit de gouter au bonheur de l’école. Pendant que les fils des riches construisent allègrement leur avenir dans de grandes écoles à l’étranger, par l’argent volé et détourné au détriment des pauvres contribuables.

Source : abamako.com

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Santé / RDC: les médecins en grève pour l’amélioration de leurs salaires

Publié

on

Les médecins membres du syndicat national la Synamed ont enclenché un mouvement de grève partiel dans les hôpitaux publics en RDC depuis ce lundi 20 janvier. Seul un service minimum est maintenu en attendant l’issue des négociations qui vont commencer ce ma

Avec notre correspondant à Kinshasa,Patient Ligodi

Pavillon 4 de l’hôpital général de Kinshasa, c’est le service des urgences. Comme d’habitude, les couloirs sont bondés. Les aides malades attendent et font ce qu’on appelle ici le suivi de leurs proches.

Pas de consultations externes

Cependant, à l’hôpital général de Référence de Kinshasa, comme dans beaucoup d’autres structures médicales publiques, le travail se limitait ce lundi à ces seules tâches : urgence, banques de sang et traitement des malades déjà hospitalisés. C’est le service minimum. Pas des consultations externes. Les médecins attendent que leurs revendications soient prises en compte.

rdi et durer cinq jours. Les médecins exigent l’amélioration de leurs salaires.

« Nous attendons des nominations selon le statut spécifique des médecins, des nominations essentiellement pour les catégories les plus anciennes. Dans le décret portant statut spécifique d’un médecin, on parle bien de la rémunération des médecins et les différentes rubriques qui concernent cette rémunération », estime le docteur Senga Lwamba, secrétaire général intérimaire du Synamed.

Décisions concrètes attendues

Et le Synamed attend des décisions concrètes de la part du gouvernement avant de lever la mesure de grève : « Si le gouvernement avait répondu très rapidement à notre cri de détresse comme je l’ai dit, je pense qu’on n’en serait pas arrivé à débrayer. »

Les syndicalistes sont également contre la durée de l’atelier convoqué par le gouvernement. Pour eux, cinq jours, c’est beaucoup.

SOURCE : rfi.fr

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 033 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE

Show Buttons
Hide Buttons