Connecte-toi avec nous

ACTUALITE NATIONALE

Protestation des infirmiers de Côte d’Ivoire pour la reconnaissance du grade de licence

Publié

on

Après avoir annulé un mot d’ordre de marche pacifique annoncée dans les rues de Bouaké (Centre-Nord), mardi, l’Association des infirmiers de Côte d’Ivoire (AICI) a déposé le même jour une motion de protestation sur le bureau du préfet de région de cette deuxième ville du pays pour réclamer la reconnaissance du grade de licence à tous les diplômés d’État de l’Institut national de formation des agents de santé (INFAS) ainsi que le rattachement de cette école au ministère chargé de l’enseignement supérieur, a constaté APA sur place.

Dans cette motion adressée au président de la République Alassane Ouattara et au Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, les infirmiers de Côte d’Ivoire à travers la voix du président national de l’AICI, Medegué Ousmane Ballo ‘’recommandent que l’INFAS soit rattaché au ministère de l’enseignement supérieur’’ et ‘’recommandent la reconnaissance du grade de licence à tous les diplômés d’État de l’INFAS conformément à plusieurs lois et décrets.

Il s’agit notamment de ‘’la loi N⁰ 98-388 du 2 juillet 1998 relative à l’organisation des EPN (Etablissements publics nationaux) qui prescrit en ses articles 4, 6 et 7 que la tutelle technique des activités de formation et de recherche en soins infirmiers et en biotechnologie relève du ministère chargé de l’enseignement supérieur’’ ainsi que l’adoption par l’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS) et les pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) du système Licence-Master-Doctorat (LMD) comme moyen de régulation de la formation et du développement du plan de carrière des infirmiers et sages-femmes exerçant dans cet espace.

‘’Merci d’avoir évité une énième marche à Bouaké avec les conséquences que nous savons’’, a félicité d’entrée le préfet Konin Aka. ‘’Soyez rassurés en ce qui nous concerne nous ferons tout ce qu’il y’a à faire pour que votre motion aboutisse (…) parce que vous n’inventez rien, vos revendications sont contenues dans des textes’’, a-t-il ensuite expliqué aux différents délégués d’infirmiers venus de plusieurs régions du pays.

En juillet dernier, tout juste après son élection à la tête de l’AICI, Medegué Ousmane Ballo avait salué la mesure d’introduction du système Licence-Master-Doctorat dans la formation des sages-femmes et des infirmiers en Côte d’Ivoire.

‘’L’Organisation Ouest-africaine de la santé (OOAS) initiateur de ce processus veut ainsi favoriser le développement en ressources humaines de qualité et offrir aux populations le niveau le plus élevé en matière de prestations de soins de santé dans l’espace CEDEAO’’, avait-t-il relevé, soulignant que cette reforme ‘’se veut donc un appel lancé à tous les infirmiers et en particulier aux associations d’infirmiers sur le rôle majeur qu’ils peuvent jouer dans le renforcement des systèmes de santé’’.

S’exprimant à l’occasion de la célébration de la journée internationale des infirmiers en mai 2015 au Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Bouaké, la Directrice des soins infirmiers et maternels, Dr Diango Nobou Claudine avait annoncé que le système LMD était le nouveau profil de carrière des infirmiers et sages-femmes de Côte d’Ivoire ‘’pour que ceux-ci après avoir commencé comme infirmier ou sage-femme puissent gravir les échelons pour atteindre le stade de docteur’’.

CK/ls/APA

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Rencontre MESRS- Fondateurs de Grandes écoles privées

Publié

on

Vendredi 22 mai 2020 – Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Adama Diawara, a reçu à son cabinet, les fondateurs des Grandes écoles privées, réunis au sein de l’Union Patronale de l’Enseignement Supérieur Privé (UPESUP). L’ordre du jour a porté sur la continuité pédagogique post Covid-19. Les questions portent sur les enseignements dispensés, le taux des cours effectués, l’organisation du BTS, la conduite à tenir pour le respect du calendrier annuel ont été abordées. Les fondateurs ont sollicité l’aide de la tutelle pour pouvoir respecter les mesures barrières.

 

Source : enseignement.superieur

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Covid-19 : Le lycée moderne de Bonon reçoit des kits d’hygiène

Publié

on

Le Conseil régional de la Marahoué et le Comité de gestion scolaire (Coges) ont offert, mardi, du matériel sanitaire au lycée moderne de Bonon, pour encourager au respect des mesures barrières engagées pour la lutte contre la Covid-19, dans le cadre de la réouverture des établissements scolaires.

Ont été offerts, six seaux, 33 cache-nez, 10 kg de savon en grain, cinq litres d’eau de javel et cinq pots de gel hydro-alcoolique.

Le proviseur du lycée moderne de Bonon, Effoué Eponon, a remercié les donateurs pour l’intérêt qu’ils portent à l’école tout en jugeant insuffisants ces don au regard des besoins exprimés par son établissement.

L’école ivoirienne a dû fermer durant deux mois, afin d’éviter la propagation du Coronavirus en Côte d’Ivoire. Avec le retour à l’école pour certaines classes, les établissements doivent être accompagnés de kits sanitaires pour le respect des mesures barrières que sont la distanciation sociale, le lavage systématique des mains avec du savon, l’utilisation de gel hydroalcoolique et le port de masque de protection.

 

Source : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Covid-19 : Les syndicats du secteur éducation-formation désertent les classes

Publié

on

Les syndicats du secteur éducation-formation de Yamoussoukro ont appelé mercredi à un arrêt total des cours dans la ville à compter de vendredi en vue « d’interpeller » les autorités et « dénoncer leur attitude » face à la gestion d’un cas suspect de contamination à la Covid-19.

Selon les syndicalistes, un élève en classe de Tle au lycée scientifique, en provenance d’Abidjan, aurait été déclaré positif au Covid-19. Malgré son état, l’apprenant aurait pris part à des cours depuis la reprise souhaitée par les autorités ivoiriennes.

Cette information, qui n’a pas encore été confirmée par le comité local de lutte contre les épidémies, a pourtant fait le tour de la ville et renforcé la psychose créée par le retour massif des « Abidjanais ».

Le lycée scientifique ainsi que les lycées mixtes 1 et 2 ont ainsi été désertés par les enseignants par peur de propagation de la maladie.

« Chacun est responsable de sa sécurité sanitaire devant le danger qui guette. Ceux qui veulent faire cours peuvent aller dans les classes mais nous, nous ne pouvons pas demander à nos membres de prendre de si gros risques », a déclaré un membre de la plateforme des syndicats, Lida Jean-François.

 

Source : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 301 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE

Show Buttons
Hide Buttons