Connecte-toi avec nous

ACTUALITE INTERNATIONALE

Niger / Situation à l’Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : Installation des membres de la commission d’enquête parlementaire

Publié

on

Annoncée il ya quelques semaines, la commission d’enquête parlementaire sur la situation qui prévaut à l’Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey composée de dix (10) députés a été mise en place hier au niveau de l’Assemblée nationale. Cette commission a pour mission de recueillir des éléments d’information sur des faits déterminés et à soumettre les conclusions à l’Assemblée nationale. C’est le 1er vice-président de l’institution, M. Iro Sani qui a procédé à l’installation de ladite commission.

La commission mise en place est la résultante de l’examen d’une requête convenue par la plénière. En effet, la Commission des affaires sociales et culturelles avait initié une proposition de résolution, qui a été renvoyée pour examen à la Commission des affaires générales et institutionnelles par la plénière sur proposition de la conférence des présidents. Selon M. Iro Sani, au terme de cet examen, « la proposition de la résolution a été soumise à l’appréciation de la plénière qui l’a adoptée à l’unanimité des députés présents », a-t-il expliqué.

Les membres de la commission d’enquête ont été désignés conformément aux dispositions de l’article 125 alinéa 1er qui stipule que «les commissions d’enquête ou de contrôle parlementaire ne peuvent comprendre plus de 10 députés désignés à la représentation proportionnelle des groupes.»

C’est pourquoi, le 1er vice-président de l’Assemblée nationale leur a rappelé que, l’article 129 du règlement intérieur de leur institution dispose que, «le rapport établi par une commission d’enquête ou de contrôle est remis au Président de l’Assemblée nationale. Le dépôt de ce rapport est publié au journal officiel et annoncé à l’ouverture de la prochaine séance. Sauf décision contraire de l’Assemblée siégeant à huis clos, le rapport est imprimé, distribué et communiqué au gouvernement pour toutes fins de droit ».

La commission est appelée à accomplir sa mission dans les 15 jours à venir et dispose d’un délai de 45 jours pour produire son rapport à compter de la date de sa mise en place

SOURCE : Tamtaminfo

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Togo / Annonce de la Journée d’informations du DAAD le 17 février 2020 à l‘Auditorium de l‘Université de Lomé

Publié

on

L’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) organise le lundi 17 février 2020 à l‘Auditorium de l‘Université de Lomé, une

« Séance d’informations sur les bourses du DAAD et les possibilités d‘études et de recherches en Allemagne ».
La séance est organisée à l’intention des étudiants en Licence, Master et Doctorat et pour les Enseignants-chercheurs de l‘Université de Lomé de 09h00-12h30.

Source : alome.com

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Togo / Des formations contrôle de qualité des aliments à l’Université de Kara au Togo

Publié

on

L’Université de Kara au Togo, très impliquée dans la promotion de l’agrobusiness, s’apprête à mettre en œuvre – en collaboration avec la FAO – deux nouveaux parcours de formations professionnelles. Il s’agit d’une Licence professionnelle de contrôle qualité et sécurité sanitaire des aliments, et un Master professionnel nutrition diététique et sécurité alimentaire. Ils permettront de mettre à disposition de l’Etat des professionnels de contrôle de qualités des aliments sur l’ensemble de la chaine alimentaire, souligne Togo First.

«Nous ne pouvons plus aller vers un système alimentaire où on ne connaît pas la qualité de ce que les consommateurs prennent. Il faut qu’on ait du personnel qualifié, d’abord, pour pouvoir mettre sur le marché des aliments de qualité et quand les aliments sont mis sur le marché, il faut qu’on ait du personnel et des équipements de laboratoire capables de nous en certifier la qualité», peut-on lire.

Ces cursus permettront de former des experts qui conseilleront la population afin qu’elle puisse profiter d’une nourriture de qualité qui garantisse sa santé.

Rappelons qu’à la mi-decembre dernier, il était annoncé que les universités de Kara et de Lomé allaient bénéficier d’un centre d’excellence régional en Agro-industrie et Automatisation industrielle dans le cadre du projet Festo Authorized and Certified Training Center in Lomé and Kara (FACT Center Lomé et Kara). Ce dernier entend contribuer à offrir des formations industrielles pratiques de classe mondiale en vue de faciliter l’accès à l’emploi et à l’entrepreneuriat pour des jeunes ainsi qu’accroître la productivité des entreprises industrielles du Togo.

Cette initiative permet la création de 32 laboratoires dans les deux universités qui permettront la formation d’une nouvelle génération d’ingénieurs dans le pays

Source : alome.com

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Mali / Projet Bara Sira: 163 jeunes maliens initiés aux activités génératrices de revenus

Publié

on

Le Projet Bara Sira a connu son épilogue, le mercredi 12 février dernier. C’était, sous l’acropole à la Faculté des Sciences et Techniques de Bamako, au cours d’une cérémonie de restitution des résultats du projet, suivie d’une conférence-débat sur l’immigration clandestine.

163 jeunes de Bamako et Kita dont 90 migrants de retour au Mali sont les bénéficiaires du projet BARA SIRA. Un projet financé par l’Agence Italienne de Coopération pour le Développement et mis en œuvre par les ONG COOPI, ENGIM Internationale. L’objectif du projet, explique Cristina CARDELI, Chef de projet à COOPI, est de contribuer au renforcement de la résilience des migrants potentiels et des migrants de retour au Mali.

A Kita, ils sont 140 bénéficiaires du projet Bara Sira dont 30 femmes. Les jeunes ont appris entre autres, l’élevage, l’agriculture, la transformation des produits agricoles. Ils viennent des communes de Budofo, Djidian, Kokofata et Tambaga du cercle de Kita. Aussi, 21 entreprises ont été créées et grâce aux structures comme l’incubateur CREATEAM, les entrepreneurs ont bénéficié de d’accompagnement adéquat. Dans les localités du projet, assure Martina Concetti, Chef de projet à l’ONG ENGIM, une campagne d’information et de sensibilisation sur le risque de la migration irrégulière a été organisée.

A l’acropole de la FST, le sociologue Dr Brema Ely Dicko, expert des questions migratoires, s’est entretenu avec le public sur le thème: «Migration & jeunesse: Comment s’engager au Mali après le retour?». Le chercheur a expliqué que la migration n’est pas un phénomène nouveau. Cependant, au fil des années, aux dires de Dr Dicko, la migration était libre beaucoup plus libre. Aujourd’hui, il n’est pas interdit de migrer à condition de partir dans la légalité.

Source : abamako.com

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 091 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE

Show Buttons
Hide Buttons