Connecte-toi avec nous

ACTUALITE NATIONALE

Jet des pétards: Séri Joël, Salif Ousmane et Konaté Yacouba perdent huit doigts de la main

Publié

on

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, le Dr Raymonde Goudou Coffie, a effectué sa traditionnelle visite des Centres hospitaliers universitaires et des Hôpitaux généraux du District d’Abidjan, dans la nuit de la Saint Sylvestre.

Si elle a pu constater dans les urgences médicales et chirurgicales, puis dans les salles d’accouchement ou salles de suite de couches, que la situation était assez calme, parce qu’il n’y avait pas eu de grands blessés de la voie publique, son indignation était en revanche à la hauteur de sa grande surprise. Si la route n’a pas tué ni fait de blessés graves, la grande imprudence des enfants et jeunes gens qui prennent plaisir à être de grands acteurs de la foire des pétards, a fait des victimes qui seront marquées à vie dans leur chair.

Si dans les urgences chirurgicales du Chu de Cocody, un enfant vivant à Abobo qui s’est fait un œil au beurre noir par les pétards a pu être rapidement pris en charge et a pu regagner la maison familiale, à l’hôpital général de Port-Bouët, le corps médical était face à un drame. Il devait sauver Salif Ousmane, né en 1985 et vivant à Gonzagueville. Ce dernier a eu trois de ses doigts ravagés par l’explosion d’un pétard dont il voulait se saisir pour riposter à une attaque.Il avait la main droite dans un bandage maculé de sang.

A côté de lui, Konaté Yacouba, 11 ans, résidant au quartier Adjoukrou de Koumassi, une autre victime des feux d’artifice, avait aussi perdu un doigt. Un autre compagnon d’infortune, plus fortuné que les deux premiers a pu se faire poser des points de suture pour rentrer croquer le 31 décembre avec un doigt presque en moins.

Le Chu de Yopougon, clou de cette tournée qui a eu pour différentes autres étapes les hôpitaux généraux de Bingerville, et de Marcory, a aussi enregistré des blessés par pétards. Le cas le plus critique a été celui de Séri Joël, cet élève de 22 ans qui a pourtant voulu jouer les bons samaritains en volant au secours d’une dame qui a reçu une salve de pétards. C’était à Niangon nord à droite.Se servant de ses mains pour l’en débarrasser, il a perdu suite à l’explosion quatre doigts de sa main droite.

Après les premiers soins, il attendait d’être transféré au Chu de Treichville, au service de la chirurgie des mains. Le ministre a à nouveau sensibilisé les victimes aux méfaits de ce jeu dangereux et rappelé que le gouvernement a interdit l’usage des pétards.

Au cours de cette visite des structures sanitaires, le ministre et sa délégation ont connu quelques moments de joie. Le Dr Raymonde Goudou Coffie a pu prendre dans ses bras, dans la maternité de l’hôpital de Marcory, la fille d’Aramata Fatoumata née le 1er janvier 2018 à zéros heure, avec un poids de 3 kg 400.

Avec la joie d’avoir eu son premier bébé de l’année 2018, elle a fait le point sur sa tournée, recommandé beaucoup d’abnégation au corps médical, car le gouvernement fait des efforts notables pour agrandir la carte sanitaire du pays et offrir de meilleures conditions de travail aux professionnels de la santé.

Elle a demandé aux internes des hôpitaux, qui projettent une grève pour le 5 janvier, de faire confiance au gouvernement qui étudie le nouveau texte qui va substantiellement améliorer leur statut.

SOURCE : fratmat.info

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Le cri de cœur du Coges de l’EPP Gabon 3 de Soubré

Publié

on

A l’instar de plusieurs écoles publiques de Côte d’Ivoire, l’EPP Gabon 3 dans l’IEP de Soubré, fait face à plusieurs difficultés. Le manque de salles de classe, d’eau et d’électricité etc. La conseillère du comité de gestion des établissements scolaires publics lance un cri de cœur.

Ouverte au cours de l’année scolaire 2019-2020, l’EPP Gabon 3 dans la commune de Soubré n’est pas en marge des difficultés. « J’ai 68 élèves dans ma classe de CM2 et je les prends en double vacation », a fait savoir un instituteur sous couvert de l’anonymat.

 

Il n’y a pas assez de salles classe, ni de bureau pour le directeur », a-t-elle déclaré. Ajoutant : « Il n’y a ni eau, ni électricité, il n’y a pas de clôture. Les riverains viennent faire leurs besoins dans les classes. L’école est en bordure de la voie et les élèves la traversent pour aller boire de l’eau dans les concessions avoisinantes. Il y a déjà eu plusieurs accidents il y a eu des blessés mais pas de morts », a-t-elle avancé.

En définitive, la conseillère a émis le vœu de voir construire une clôture et l’alimentation en eau, en électricité ainsi que la construction de nouveaux bâtiments. Car dit-elle, l’école est un centre d’examen.*

Source : afriksoir.net

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Médiation professionnelle : 8 nouvelles diplômées reçoivent leur parchemin

Publié

on

Une cérémonie solennelle a été organisée ce jeudi, à l’hôtel Palm Club, à Cocody.
Elles constituent la 4e promotion de l’Ecole professionnelle de la médiation et de la négociation de Côte d’Ivoire, dénommée « promotion Cheick Yacouba Sylla ». Au nombre de huit, elles ont reçu ce jeudi 23 janvier, leur certificat après huit mois de formation.

La cérémonie de remise a eu lieu à l’hôtel Palm Club, en présence de plusieurs personnalités politiques, académiques, religieuses et coutumières. Au nombre desquelles, le Pr. Antoine Hauhouot-Asseypo, président de l’Académie des sciences, des arts, des cultures d’Afrique et des diasporas africaines (Ascad), par ailleurs président de la cérémonie; Jean Marc Yacé, maire de Cocody; Touré Faman, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire, parrain de la promotion; Jean Louis Lascoux, président fondateur de cette école, très peu connue sous nos tropiques pour le moment. Mais aussi, la famille de Cheick Yacouba Sylla, venue en grand nombre.

Au cours de la cérémonie, Jean Louis Lascoux a indiqué que l’Ecole professionnelle de la médiation et de la négociation de Côte d’Ivoire a été créée en 2001. « Le médiateur professionnel s’intéresse aux relations interpersonnelles. Il y a plusieurs types de médiateurs. La spécificité de la médiation professionnelle, c’est qu’elle ne fait pas de rappel à la loi ni à la morale. Elle est différente de la psychologie. Ici, on ne parle pas de gestion de conflits, mais plutôt de résolution de conflits. On recherche l’entente sociale. On cherche à faire en sorte que les personnes s’entendent plutôt que de respecter un contrat », a-t-il expliqué.

Dans le même sens, Yannick Dogo Kouassi, président de la Chambre professionnelle de la médiation et de la négociation de Côte d’Ivoire, a précisé que les membres de cette 4e promotion ont été formés en Côte d’Ivoire. « Durant huit mois, les auditeurs se sont frottés aux techniques de règlement à l’amiable, de règlement pacifique de conflits. Les huit dames sont issues de différents corps de métier. »

Le Pr. Antoine Hauhouot-Asseypo s’est réjoui de la création de cette profession. Car, dira-t-il, les sociétés humaines seront de plus en plus conflictuelles dans le futur. Pour lui, les médiateurs professionnels pourront aider à mettre fin ou du moins, à réduire les conflits.

Le parrain de la promotion, Touré Faman, a, quant à lui, invité ses filleuls à tout mettre en œuvre pour marcher dans les pas de Cheick Yacouba Sylla. « Vous portez un nom si prestigieux. Cheick Yacouba Sylla était un homme d’une grande dimension spirituelle. Un esclave de Dieu. Un homme humble. Son projet de société, c’était la promotion de l’homme, de la paix, de l’entente. Vous devez être des acteurs de concrétisation de ce projet de société, cher à ce grand homme », a-t-il insisté. Avant d’ajouter : « Vous devez impacter la société pour lui donner un visage humain. Vous devez faire preuve de neutralité et d’impartialité dans l’exercice de votre profession. Soyez des médiateurs qui, par le dialogue, trouvent des terrains d’entente pour mettre fin aux conflits ».

La famille de Cheik Yacouba Sylla par la voix d’Oumar Kaba N’diaye a exprimé sa joie et son bonheur de voir le nom du Cheick immortalisé à travers cette promotion. « La famille Yacouba Sylla se sent honorée. Je prie que la vie de Yacouba Sylla vous inspire pour mener à bien cette profession », a-t-il lancé.

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Des élèves de Niakara sensibilisés à la sécurité routière

Publié

on

L’ONG Savane communication, basée à Ferkessédougou (Nord, région du Tchologo), a organisé, mardi, au collège moderne de Badikaha (Niakara, région du Hambol), une séance de sensibilisation des élèves dudit établissement du secondaire au respect des consignes de sécurité routière, a appris l’AIP sur place jeudi.

La sensibilisation a été dirigée par Zanga et Lamoussa Coulibaly, deux relais communautaires de cette ONG  à quelque 200 apprenants du collège moderne de ce chef-lieu de sous-préfecture au respect strict des règles et consignes de sécurité routière.

“Il faut toujours porter le casque à moto, avoir obligatoirement un permis de conduire pour les majeurs avant de conduire une moto ou un tricycle  et  éviter de traverser la route en communicant au téléphone mais aussi s’abstenir de jouer sur la route !”, a insisté M. Coulibaly auprès des élèves du collège de Badikaha, mardi.

Cette séance de sensibilisation sur la sécurité routière en milieu scolaire a été mise en œuvre par Savane communication à la demande du principal du collège moderne de Badikaha, Ahmed Bamba, qui entend parer à toute éventualité, les élèves devant quotidiennement traverser la Nationale A3 pour avoir accès à l’établissement.

Savane communication, créée depuis 2004, est une ONG locale partenaire de RAZEL, entreprise internationale de Travaux publics (TP) routiers, dans le volet sensibilisation sur la sécurité routière et le VIH-SIDA quant au réprofilage lourd en cours du tronçon Kanawolo-Ferkessédougou, long de 95 kilomètres.

La rédaction / AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 036 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE

Show Buttons
Hide Buttons