Connecte-toi avec nous

ACTUALITE INTERNATIONALE

Gabon / Paiement de bourses à la BICIG: les 28 étudiants contestataires arrêtés puis libérés

Publié

on

Interpellés puis placés en garde à vue un jour avant, les 28 étudiants qui ont protesté, devant la BICIG d’Oloumi dans le 5ème arrondissement de Libreville, contre le non-paiement de leurs bourses depuis 2017, ont recouvré la liberté ce mardi 15 mai 2018. La justice n’a retenu aucune charge contre eux.

Après une nuit passée dans les locaux du commissariat des Forces des polices d’intervention (FOPI), les 28 étudiants contestataires ont été présenté devant le procureur de la République, pour trouble à l’ordre public. Ils seront relaxés sans qu’aucune charges ne soient retenus contre eux, «le procureur leur a simplement fait un rappel à la loi en matière d’occupation de la voie publique», a rapporté le site Gabonactu.com.

Pour rappel, lundi 14 mai dernier, c’est près de 1000 étudiants qui se sont rendu à la BICIG d’Oloumi, afin de percevoir leur bourse qu’ils n’ont pas reçu, après plusieurs reports, depuis octobre 2017. Sur place, une cinquantaine d’entre eux a été reçue, et ceci durant toute la journée, relate la même source. Lassés, certains d’entre eux ont manifesté leur mécontentement sur la voie public.

Une situation qui a conduit à une intervention musclée des forces de l’ordre. Résultat, 28 étudiants ont été gardés pendant une nuit au commissariat du 5ème arrondissement.

SOURCE : Gabon Media Time

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

France / Menaces sur les premières épreuves du nouveau bac

Publié

on

Dénonçant une réforme appliquée dans la précipitation, les syndicats d’enseignants appellent à boycotter les épreuves de contrôle continu du baccalauréat, notamment au moyen de grèves de surveillance.

Alors qu’elles débutent ce lundi, les premières épreuves de contrôle continu du nouveau bac, les E3C dans le jargon, sont déjà menacées. La plupart des syndicats d’enseignants appellent depuis plusieurs semaines au boycott. Et demandent leur report, dénonçant une réforme appliquée «trop rapidement».

Comme en écho à l’action qu’ils avaient menée en juin contre le bac, le Snes, le Snalc, SUD et la CGT envisagent des grèves de surveillance mais aussi de ne pas corriger les copies ou encore de ne pas transmettre les notes. Environ 200 à 250 lycées publics sur 1500 pourraient être perturbés d’une façon ou d’une autre, selon les décomptes du Snpden-Unsa, premier syndicat chez les chefs d’établissements. Une proportion qui s’approche à peu près de celle qu’on a pu constater dans les lycées en juin dernier au moment des corrections du bac.

Pas d’anonymat

L’Île-de-France, les académies de Bordeaux, Toulouse et Montpellier devraient être assez touchées «alors que nous avons peu de remontées concernant Besançon ou

Source : lefigaro.fr

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Bénin /Examen de fin d’année 2020 : Le dépôt dossiers du BEPC prorogé au 24 janvier

Publié

on

Le directeur des Examens et Concours Dr. Roger Koudoadinou donne une seconde opportunité aux candidats à l’examen du BEPC-Session de 2020 qui n’ont pas pu déposer leurs dossiers pour diverses raisons.
Par correspondance en date du jeudi 16 janvier 2020, il a demandé aux directeurs départementaux des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle d’ouvrir à nouveau le dépôt des dossiers du lundi 20 au vendredi 24

Source : acotonou.com

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Bénin / Enseignement Secondaire 17 élèves rétrogradés pour fraudes dans le Mono

Publié

on

La lutte contre le transfert frauduleux des élèves d’un établissement scolaire à un autre se poursuit inlassablement. Ces dernières semaines, environ une vingtaine d’apprenants (17 en tout) a été démasqué dans le département du Mono. Ils ont tous été contraints à retourner dans la classe inférieure qu’ils n’auraient normalement pas dû quitter.

À en croire Mathieu Ayessi, Directeur départemental de l’Enseignement Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle du Mono, c’est une pratique très courante dans le milieu de l’enseignement secondaire. Il a expliqué que ces transferts ne se font pas toujours selon les règles établies en la matière.

Généralement, les élèves qui s’adonnent à cette pratique sont des redoublants qui choisissent d’avancer sans avoir le niveau réel de la classe supérieure.

Ayessi a également dénoncé l’existence de véritables réseaux de fraudes. Ces réseaux sont souvent, faut-il le rappeler, composés d’enseignants ou de responsables de collège et de lycées qui délivrent de faux documents (Bulletins scolaires, certificats de scolarité) aux élèves fraudeurs.

Il a pour finir promis une traque permanente contre les auteurs de ces actes.

Source : acotonou.com

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 031 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE

Show Buttons
Hide Buttons