Connecte-toi avec nous

ACTUALITE INTERNATIONALE

France Bac / «Du désordre et de l’angoisse» de la part d’une «infime minorité», selon Édouard Philippe

Publié

on

Emmanuel Macron avait dénoncé «une prise d’otage» des candidats à propos des enseignants grévistes. Édouard Philippe a dénoncé devant le Sénat «des agissements qui ne sont pas à la hauteur.»

«Les correcteurs grévistes étaient 2.000 et auront des sanctions financières». Ce matin, Jean-Michel Blanquer avait été très clair: les professeurs qui avaient refusé de rendre les copies du bac allaient être sanctionnés. Quelques heures plus tard, c’est au tour d’Édouard Philippe, le Premier ministre, de s’être exprimé sur les correcteurs grévistes du baccalauréat, soutenant le ministre de l’Éducation nationale, et décrivant des conditions de passage de l’examen «à bien des égards insatisfaisantes»

SOURCE: (etudiant.lefigaro.fr)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Mali / Troisième préavis de grève des syndicats de l’Education : 14 jours sans cours et sans évaluations dans tous les établissements

Publié

on

Pour la gestion du préavis de grève du 1er janvier 2020 de 336 heures soit 14 jours des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 (Sypesco, Syneb, Synefct, Synesec, Syldef, Fenarec, Coses, Snec) allant du mardi 21 janvier au vendredi 7 février 2020, le gouvernement avait convoqué la commission de conciliation pour le vendredi 17 janvier dernier.

Rappelons que le préavis de grève porte sur un seul point, notamment l’application de l’article 39 de la Loi N°2018-007 du 16 janvier 2018 portant statut du personnel enseignant de l’Enseignement secondaire, de l’Enseignement fondamental et de l’Education préscolaire et spéciale, suite à l’augmentation de grille accordée aux agents relevant du statut général des fonctionnaires.

Des sources proches du dossier, à l’issue des discussions, il ressort que la partie gouvernementale a attiré l’attention de la commission de conciliation et des syndicats de l’Education signataires du 15 octobre 2016 sur le fait que l’application de l’article 39 du Statut de l’enseignant engendre une incidence financière de plus de 20 milliards de Fcfa.

Toujours selon elles, la partie gouvernementale a affirmé, qu’à ce jour, cette incidence financière n’est pas supportable par les finances de l’Etat à cause de plusieurs difficultés auxquelles le Mali est confronté parmi lesquelles un accent particulier a été mis sur la situation sécuritaire et financière.

Pour autant, précisent nos sources, la partie gouvernementale a proposé de transposer les enseignants dans la grille accordée à l’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm) en rassurant que personne ne perdra aucun point. Il s’agit de l’indice plafond 1 100 pour compter du 1er janvier 2020 et l’indice plafond 1 200 pour compter du 1er janvier 2021.

Et de poursuivre que la partie syndicale a rejeté cette proposition. Ainsi, les conciliateurs ont proposé aux deux parties de travailler à appliquer l’article 39 du statut de l’enseignant dans le temps. Toute chose que les syndicats de l’Education ont rejeté car les syndicats disent s’en tenir à l’application stricte des dispositions de l’article 39 de leur statut. Ensuite, la partie syndicale estime que le gouvernement a bien les moyens de satisfaire à la revendication, mais refuse en raison du fait qu’il s’agit du personnel enseignant.

Ainsi, au regard du désaccord sur le point de revendication, les syndicats de l’Education signataires du 15 octobre 2016 ont décidé d’observer leur mot d’ordre de grève de 336 heures soit 14 jours, allant du mardi 21 janvier au vendredi 7 février 2020.

Source : abamako.com

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Santé /Nouveau dangereux virus en Chine : le Gabon en alerte

Publié

on

Les autorités gabonaises ont décidé de réactiver la cellule de veille sanitaire suite à une nouvelle épidémie appartenant à la famille de Coronavirus déclarée en Chine, plus précisément dans la ville Wuhan, annonce un communiqué du gouvernement.

La cellule assurera « le renforcement du contrôle sanitaire des passagers au niveau des différentes portes d’entrée aérienne, terrestre, portuaire et maritime du pays, la sensibilisation des transporteurs aériens, terrestres et maritimes sur les mesures de précautions universelles à prendre en pareille circonstance », indiqué le communiqué.

Le gouvernement gabonais assure la population que toutes les mesures sont prises pour faire face à toutes éventualités.

Jusqu’à présent le continent africain est épargné par cette nouvelle épidémie virale. En revanche, plusieurs autres pays ont rapporté des cas, notamment le Japon, la Thaïlande, la Corée du sud, les Etats unis. Cette famille de virus peut être responsable d’une manifestation allant d’un simple rhume à la détresse respiratoire aigüe grave. A ce jour 440 cas ont été notifiés dont 9 décès, indique l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dont on attend encore les recommandations du comité des urgences du règlement sanitaire international pour apporter la riposte appropriée à cette nouvelle épidémie.

Source :alibreville.com

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Mali / Gouvernement-enseignants: Jusqu’où ira le bras de fer

Publié

on

C’est la question que les observateurs se posent après les propos du Premier ministre, Boubou CISSE, lesquels font la Une des réseaux sociaux.

L’annonce a été faite par le Premier ministre lors de la deuxième journée des travaux sur les grandes orientations politiques du Dialogue national inclusif, au Cicb. « Dans deux semaines si les enseignants ne retournent pas en classe, l’Etat procèdera à un recrutement spéciale », a averti le chef du gouvernement. Le gouvernement envisage de recruter les 15.000 volontaires de l’IFM. ‘’ Le Premier ministre a fait savoir que son gouvernement ne va pas accepter ce qui s’est passé l’année dernière ‘’ et se dit prêt à engager les 15.000 enseignants encore en formation pour combler l’absence des grévistes. Est-ce une menace ? Ne serait-il pas mieux de revoir l’article 39 de la loi portant statut du personnel enseignant des établissements du secondaire, fondamental et du lycée ? Nous assistons à un bras de fer entre les protagonistes, entre temps les parents sont inquiets du sort réservé à leurs enfants. Jusqu’où ira ce bras de fer ?

Dans un pays ou les fils des pauvres n’ont pas droit de gouter au bonheur de l’école. Pendant que les fils des riches construisent allègrement leur avenir dans de grandes écoles à l’étranger, par l’argent volé et détourné au détriment des pauvres contribuables.

Source : abamako.com

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 038 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE

Show Buttons
Hide Buttons