Connecte-toi avec nous

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Concours d’entrée à l’Ena : De petits commerces insolites sur fond d’ignorance des candidats

Publié

on

Les inscriptions en ligne pour le concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration (Ena) session 2021 s’achèvent le 22 février, selon un communiqué de la direction publié sur le site de l’établissement. Mais les visites médicales, deuxième étape dans le process de candidature, après l’inscription en ligne, se poursuivent. A la devanture de l’établissement, il se passe mille et une choses insolites.

Il est 7h 03 min ce mardi 18 février 2020, lorsque nous arrivons au portail de l’Ecole nationale d’administration (Ena), à Cocody les II-Plateaux. Le temps est clément et il y a du beau monde composé principalement des candidats au concours d’entrée dans cette prestigieuse école.

De longues files d’attente bruyantes se sont déjà constituées, en vue de la visite médicale. Certains candidats sont déjà installés sous des bâches dressées pour la circonstance, tandis que d’autres sont alignés attendant leur tour pour accéder au centre médical de l’établissement.

Des candidats s’étant mépris du sérieux qui entoure le fonctionnement de l’Ena, notamment en termes de tenues vestimentaires, ont répondu présents au rendez-vous parés d’habits en vogue.

Des pantalons moulants pour les jeunes filles, faisant apparaître des rondeurs qui laissaient peu indifférents les hommes, jeunes et adultes confondus, des mèches de toute sorte de couleurs, des tatouages, des bad boys ou bad girls, des hauts avec des dessins ou inscriptions fantaisistes, des jupes trop courtes, des coiffures qui font in. Seulement, tous ignoraient que l’école de formation des hauts cadres de l’administration ne s’accommode pas avec ces tenues qui ne font pas « responsable ».

« Ici, on ne porte pas de Jeans, de collants, de t-shirts, d’habits fantaisistes. On s’habille comme des gens responsables qui vont au travail », fait savoir un agent au sein cet établissement d’excellence.

Un commerce opportuniste s’est donc développé au portail. Ici, on met en location des boubous, des pantalons, des chemises et autres tenues « acceptées » dans l’école. Des rasoirs sont même vendus à 200 FCfa aux candidats n’ayant pas pris le soin de bien se raser avant de se présenter devant les jurés. Les boubous puants sont prêtés à 1000 FCfa par locataire.

Les pantalons en tissu classique sont pour ceux qui sont venus en Jeans ou en pantalons moulants pour les jeunes filles. Comme quoi, le manque d’informations sur les conditionnalités de candidature est un créneau juteux qu’exploitent ces commerçants à la sauvette.

Une candidate habillée d’un jeans moulant, d’un t-shirt et d’une paire de basket a dû louer un boubou auprès de ces vendeurs opportunistes pour ne pas être éliminée avant l’heure. « Ça schlingue en plus ! », lance-t-elle dans une humeur amusante. Ce qui n’a pas manqué d’entraîner les futurs énarques dans une hilarité générale.

Un jeune homme s’est rasé la barbe sur-le-champ, avec un rasoir loué à 200 FCfa, lorsqu’il a entendu dire qu’avec la barbe, il ne pourrait avoir accès au site. Une autre jeune fille a dû louer un pantalon en tissu pour cacher le jeans de couleur blanc noir qu’elle portait. Une autre a noué un pagne sur sa tenue, après les informations reçues de sources fiables.

Tout cela, au grand bonheur des « profito-situationnistes », qui se font de petites fortunes sur l’autel de l’ignorance des candidats au concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration.

Source : Fratmat.info

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Des marchés délocalisés à Dabou pour limiter les risques de contamination au COVID-19

Publié

on

Dabou, 09 avr (AIP)- Des marchés vont délocaliser dans des quartiers à Dabou pour freiner la propagation de la pandémie du COVID-19, a annoncé le maire, Yede Niagne Jean-Claude, lors d’une visite de terrain pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de bitumage en cours dans la commune.

“Nous nous sommes aperçus au cours de notre visite que les acteurs du grand marché ne respectent pas les mesures de prévention, les vendeurs et vendeuses sont à moins d’un mètre les uns des autres, les clients se côtoient à la recherche de vivres, les points de lavages des mains installés ne sont pas utilisés convenablement et tout cela accroît les risques de contamination”, a déploré mardi, M. Yede.

“Toutes ces raisons vont conduire à la fermeture dans quelques jours du marché pour sa désinfection et sa délocalisation dans les quartiers”, a assuré l’élu. Il a ajouté qu’en cas de persistance de la pandémie, ces marchés seront fermés pour ouvrir périodiquement.

 

Source : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Aka Aouélé à propos du vaccin du coronavirus : « l’Etat ne s’est engagé dans aucun essai »

Publié

on

Le ministre ivoirien de la Santé, Aka Aouélé, réagit aux rumeurs relatives au test des vaccins contre la maladie à coronavirus (COVID-19).

Depuis quelques jours, des rumeurs circulent sur les réseaux sociaux invitant la population à refuser tout vaccin administré dans les hôpitaux et centres de santé, sous le prétexte que ces vaccins sont des tests effectués contre la maladie à coronavirus (COVID-19).

Le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique tient à démentir formellement de tels propos mensongers et diffamatoires qui tendent à mettre à mal tous les efforts consentis par la population et le Gouvernement de Côte d’Ivoire, dans la lutte contre les maladies évitables par la vaccination, et rassure que notre pays ne s’est engagé dans aucun essai de vaccin contre le COVID-19. Et sur ce sujet, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s’est voulue claire, en indiquant qu’aucun test n’est en expérimentation en Afrique.

Le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique informe la population que la vaccination qui se fait dans les hôpitaux, centres de santé, lieux publics et parfois dans les ménages rentre dans le cadre de la vaccination gratuite pilotée par le Programme Elargi de Vaccination (PEV) à l’intention des enfants de 0 à 11 mois, des filles de 09 ans et des femmes enceintes.

Ces vaccinations légales et officielles sont exécutées par des agents qualifiés du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique sous la supervision des Directeurs Régionaux et Départementaux, concernent les maladies suivantes : la Tuberculose, la Diphtérie, le Tétanos, la Coqueluche, la Poliomyélite, la Rougeole, la Rubéole, la Fièvre jaune, l’Hépatite B, les Infections respiratoires, les Méningites bactériennes, les Diarrhées à rotavirus et le cancer du col de l’utérus.

Il est donc impérieux de maintenir la continuité de la vaccination de routine au risque de voir notre pays faire face à nouveau à d’autres épidémies chez les enfants et d’autres groupes vulnérables. Une telle éventualité pourrait éprouver davantage le pays déjà mis à rude épreuve par le COVID-19.

Le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique invite donc la population à préserver les acquis obtenus dans cette lutte laborieuse contre les maladies sus-citées. Toutes les dispositions seront prises au niveau des centres de santé et des hôpitaux afin de respecter les gestes barrières et faciliter la vaccination.

 

Source : yeclo

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Coronavirus : premier cas confirmé à Bouaflé

Publié

on

Un premier cas du Coronavirus COVID-19 a été confirmé à Bouaflé, a confié ce 8 avril 2020, le directeur départemental de la Santé, Dr Djè Hyacinthe.

« Le cas que nous avons prélevé et déposé à Abidjan est positif du COVID-19 », a indiqué Dr Djè, joint au téléphone par l’AIP. Il a précisé que ce porteur, âgé de 51 ans est un opérateur économique français qui vit avec son épouse à Bouaflé et qui a séjourné en France durant un mois (du 13 février au 14 mars 2020).

« Nous avons été alerté le 30 mars. Le 27 mars déjà, il faisait la fièvre, selon les informations recueillies. Nous avons donc fait le prélèvement », a-t-il ajouté, rassurant qu’en attendant le résultat, tous les sujets qui ont eu un contact avec le porteur ont été mis en quarantaine.

Dr Djè Hyacinthe a invité les populations à ne pas s’alarmer, tout en leur demandant de respecter strictement les mesures barrières prises par le gouvernement.

 

Source : yeclo

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 212 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE

Show Buttons
Hide Buttons