Connecte-toi avec nous

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

Chine / Plus de 1 300 apps font fi du refus des utilisateurs

Publié

on

Une recherche de l’International Computer Science Institute (ICSI) présentée à la conférence PrivacyCon 2019 a permis de découvrir que plus de 1 300 apps Android continuent d’accéder à la géolocalisation et à des données sur les smartphones des utilisateurs sans leur autorisation. Les chercheurs pointent du doigt le système d’exploitation mobile de Google.

88 000 apps disponibles dans le Play Store se sont retrouvées sous la loupe des chercheurs qui ont analysé comment elles se comportaient lorsque l’utilisateur leur refusait l’autorisation d’accéder à certaines infos du mobile, comme la géolocalisation par exemple. Ils ont déterminé que même lorsque la permission n’est pas accordée, certaines apps sont capables, grâce à du code caché, de récolter des données en contournant le mécanisme imposé par Google sur Android. Sur le grand échantillon d’apps, plus d’un millier (précisément 1 325) sont concernées, selon les experts de l’ICSI, rapporte le site CNet.

Partage d’infos entre apps

Les apps controversées agissent en exploitant par exemple la connexion wi-fi ou les métadonnées stockées dans les photos. Les chercheurs ont découvert que l’app d’édition de photos Shutterfy récolte les données GPS des images et les envoie sur ses serveurs, même lorsque l’utilisateur n’a pas donné son accord. Un porte-parole du service a réfuté ces affirmations.

Certaines apps sont aussi en mesure de récolter des données, comme l’adresse MAC ou le numéro IMEI (l’identifiant unique du téléphone), en s’appuyant sur les autorisations obtenues par d’autres apps. L’app Baidu pour le parc Disneyland de Hong Kong fait par exemple partie des 13 apps recensées capables de siphonner des données avec cette technique. Malgré leur nombre restreint, celles-ci ont été installées 17 millions de fois, notent les chercheurs.

«Fondamentalement, les consommateurs disposent de très peu d’outils et de signaux qu’ils peuvent utiliser pour contrôler raisonnablement leur vie privée et prendre des décisions à ce sujet», déplore Serge Egelman, à la tête de cette étude. «Si les développeurs d’applications peuvent contourner le système, alors demander la permission aux consommateurs n’a pas beaucoup de sens», remarque-t-il. La liste complète des 1 325 apps qui violent les règles concernant les autorisations sera publiée lors de la conférence Usenix qui se déroulera au mois d’août, a-t-il encore fait savoir.

SOURCE: (lessentiel.lu)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

Technologie / Un nouvel outil fait sauter les verrous de l’iPhone

Publié

on

L’équipe de hackers Unc0ver a publié un nouveau jailbreak pour déverrouiller les systèmes d’exploitation iOS 11 à iOS 13.5.

Unc0ver a encore frappé contre Apple. Cette équipe de hackers a publié durant le week-end la version 5.0 de son logiciel de jailbreaking. Il s’agit du 1er permettant de casser les verrous de la version la plus récente du système d’exploitation mobile iOS, à savoir la mouture 13.5 qu’Apple a mis à disposition des utilisateurs, la semaine passée. Pour rappel, iOS 13.5 ajoute notamment le système créé par Apple et Google de traçage des contacts du Covid-19 via l’échange par Bluetooth d’identifiants aléatoires avec d’autres appareils iOS ou Android, ainsi que la désactivation de la reconnaissance faciale si l’utilisateur porte un masque.

Exploitant une faille de sécurité qui n’a pour le moment pas été corrigée par Apple, l’outil Uncover 5.0 est compatible avec toutes les versions d’iOS depuis la version 11. Ce logiciel de jailbreaking donne à l’utilisateur davantage de contrôle sur le système d’exploitation de son smartphone, afin de le personnaliser et d’y installer des fonctionnalités non officielles et des applications qui ne sont pas autorisées par Apple.

Il va sans dire que la pratique du jailbreak expose les utilisateurs à des risques de sécurité. Apple se réserve d’ailleurs le droit de refuser la prise en charge de tout appareil qui aurait été bidouillé de cette manière, même s’il est encore sous garantie.

 

Source : lessentiel.lu

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

Technologie / Facebook renforce la sécurité sur Messenger

Publié

on

Le géant de l’internet a annoncé ce jeudi que son application de messagerie peut désormais détecter les arnaqueurs et les faux comptes grâce à l’intelligence artificielle.

Facebook a fait savoir jeudi que son application Messenger était désormais capable de traquer discrètement les arnaqueurs, en utilisant le système de communication des smartphones à l’arrière-plan. Des messages de sécurité apparaîtront dans les échanges si l’activité en coulisses est jugée suspecte par la technologie d’intelligence artificielle.

Cette nouvelle fonctionnalité «va aider des millions de personnes à potentiellement éviter des interactions dangereuses et des arnaques, sans compromettre leur vie privée», a déclaré Jay Sullivan, un responsable de la sécurité des produits chez Facebook. Elle a déjà été déployée en mars sur les téléphones opérés par Android (Google) et le sera cette semaine sur les iPhone (Apple).

Faux comptes

«Trop souvent les gens discutent avec quelqu’un en ligne qu’ils pensent connaître, alors qu’il s’agit d’un imposteur», a expliqué Jay Sullivan. «Ces faux comptes sont difficiles à identifier et les conséquences peuvent coûter cher». L’intelligence artificielle repère les comportements douteux, comme l’envoi de messages à grande échelle, ciblant certaines régions ou démographies.

Cette technologie ne nécessite pas d’examiner le contenu des messages, assure Facebook, qui compte bien passer au cryptage intégral – dit de «de bout-en-bout» – de Messenger, comme son autre messagerie WhatsApp. «Pour nous préparer au chiffrage de bout-en-bout, nous investissons dans des outils comme celui-ci, qui protègent la vie privée des personnes sans lire les messages», a précisé Jay Sullivan.

Renforcer ses plateformes

Messenger utilise déjà des logiciels capables de combattre les spams et d’entraver les tentatives d’adultes de contacter des mineurs qu’ils ne semblent pas connaître.

Avec la pandémie de coronavirus, Facebook a entrepris de passer à la vitesse supérieure sur la mise en place de nouveaux outils qui renforcent ses plateformes, plus utilisées que jamais à la faveur du confinement.

 

Source : lessentiel.lu

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

Technologie / Le Rwanda fait appel à des robots dans la gestion du COVID19

Publié

on

Le pays a toujours une longueur d’avance technologique, c’est le cas de le dire. Le Rwanda a obtenu quatre robots capables d’effectuer des tâches médicales dans la lutte contre le Coronavirus. Ces humanoïdes aident au dépistage, apportent la nourriture aux patients et organisent des visioconférences.

Le Président Rwandais Paul Kagamé se donne les moyens technologiques de venir à bout de la maladie à Coronavirus. Son ministère de la santé a obtenu quatre robots spécialisés dans le traitement des malades. Ils seront affectés dans les centres de prélèvement et de dépistage. Les autorités sanitaires du pays souhaitent limiter le contact entre les médecins et les patients en permettant un traitement tout aussi efficace contre le nouveau Coronavirus.

« Pour les deux centres de traitement que nous avons actuellement, nous avons besoin de robots supplémentaires pour d’autres tâches telles que la désinfection dans l’espace public et nous travaillons sur ce point pour les obtenir » explique à la BBC le Dr Daniel Ngamije, ministre de la santé du Rwanda.

La lutte contre le Coronavirus est prise au sérieux dans ce pays qui compte 297 cas de coronavirus dont 203 guérisons et aucun décès. Deux centres de traitement contre la pandémie ont été construits. Un à la périphérie de Kigali, la capitale et un autre à Nyamata, localité du sud du pays. Les robots utilisés dans la lutte contre la pandémie ont été fabriqués en Belgique par une entreprise spécialisée dans la technologie.

A noter que ces humanoïdes, sont capables d’avertir lorsqu’une personne ne porte pas bien son masque de protection contre le COVID19 ou simplement demander de le faire pour ne pas mettre son entourage en danger.

 

Source : 7info

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 302 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE

Show Buttons
Hide Buttons